Soutien aux salariés de l’aéroport d’Orly

Le combat, c’est à l’Assemblée, mais surtout avec vous !

Je suis ce matin à l’aéroport d’Orly, aux côtés des salariés du groupe ADP.

Ils sont en grève à partir d’aujourd’hui, avec un mot d’ordre simple : 300 euros d’augmentation pour toutes et tous.

Comme chacune et chacun d’entre nous, ils font face à la flambée des prix. L’inflation est de plus de 5%, et la direction ne leur propose qu’1,5% d’augmentation. Beaucoup d’entre eux sont en horaires décalés et doivent prendre la voiture pour travailler. Avec le prix du litre d’essence, ce n’est plus tenable.

Mais pour ces salariés, c’est encore pire. Avec l’excuse du Covid, la direction a supprimé les primes : résultat, une baisse de revenu de 18% ! J’ai rencontré Sonia, 23 ans d’ancienneté, elle est payée 1800 euros par mois.

Il faut ajouter à cela les suppressions de postes, plus de 1000 en 2019, et le recours à la sous-traitance. Résultat, les métiers du contact avec les passagers, d’assistance, au comptoir, parmi d’autres, sont remplacés par des machines. « Mais ce qui voyage, ce ne sont pas des machines », m’a rappelé un contrôleur sûreté, qui a vu depuis 1988 les effectifs se réduire, et les conditions de travail devenir de plus en plus difficiles.

J’étais venue pendant la campagne, j’avais promis de revenir. Je serai aux côtés des salariés chaque fois que ce sera nécessaire !

Les actions passées